GSMCoreMOU2019

L’École des mines Goodman de l’Université Laurentienne signe un nouvel accord pour l’étendre ses activités d’enseignement et de recherche en Amérique latine

Non classifié(e)

DSC_0019

 

 

L’École des mines Goodman de l’Université Laurentienne signe un nouvel accord pour l’étendre ses activités d’enseignement et de recherche en Amérique latine

L’École des mines Goodman signe un protocole d’entente avec Core Foundation

 

 

TORONTO (Ontario) - L’École des mines Goodman (EMG) de l’Université Laurentienne et la Core Foundation, un organisme à but non lucratif voué à la création de nouvelles zones de savoir, découverte et d’innovation en Amérique latine, ont signé hier un protocole d’entente visant à promouvoir les activités d’enseignement et de recherche de la EMG au Pérou, Chili et Brésil.

 

En combinant l’expertise terrain de la Core Foundation et les programmes d’éducation et de recherche de la Laurentienne, les deux organisations peuvent commencer à développer des relations dans les pays qui ont besoin d’une formation de calibre mondial en exploitation minière, ainsi qu’établir des partenariats internationaux en Amérique latine pour poursuivre l’éducation, la formation et la recherche dans le domaine minier.

 

« Des pays comme le Pérou ont besoin de notre expertise dans les disciplines liées à l’exploitation minière. Cette entente pourrait potentiellement ouvrir de nouveaux marchés en Amérique latine afin de recruter des étudiants qualifiés et établir des collaborations de recherche », a expliqué Osman Abou-Rabia, directeur général par intérim de l’École des mines Goodman de l’Université Laurentienne.

 

L’Université Laurentienne est à l’avant-garde de l’enseignement minier au Canada. Au cours des dernières décennies, elle a acquis la réputation d’être la première université minière du Canada et un chef de file mondial dans l’enseignement et la recherche appliquée au domaine minier. L’expertise de la Laurentienne s’étend maintenant à l’ensemble du cycle minier : de l’exploration minière en passant par la géologie, le génie, les études autochtones, la gestion, la santé et sécurité au travail, la biorestauration et la réhabilitation environnementale.